dimanche 18 juillet 2021

Locke and Key in Pale Battalions Go 3/3



Cette chronique fait suite à celle, précédente, ayant présentée les deux premiers épisodes. 

Conclusion brutale mais grandiose de ce spinof de la série culte de Joe Hill et Gabriel Rodriguez se déroulant au moment des évènements de la guerre d'Ypres, dans les Flandres. 
Blessé au combat, John Locke se réfugie grâce à l'une de ses clefs dans sa maison de KeyHouse mais est rattrapé par la brigade du lieutenant allemand Erich Murnau. Dans l'affolement, le plus jeune soldat blesse mortellement Fiona, la maîtresse de maison, tandis que John est placé dans la commode "réparatrice". Le reste de la famille lutte plus ou moins à armes égales avec les trois autres soldats, et alors que Murnau s'est coiffé de la couronne dirigeant l'armée des ombres...


Au final, les intrus seront chassés, et John sauvé, tandis que Fiona périra. Conscient de sa culpabilité, John ira la rejoindre en s'immergeant avec la clé de téléportation dans les bas fonds où repose le Titanic. La scène finale où son père reçoit dans la boîte aux lettres magique un courrier de lui venant de l'enfer est poignante à souhait et digne des meilleurs récits imaginables. Joe Hill arrive à nous emporter très loin avec cet épisode de la guerre de 14-18, dont les deux premiers numéros avaient installés un climat oppressant. Dans ce dénouement, rien n'est laissé au hasard, et les clefs, une fois encore, démontrent leur pouvoir destructeur.  Le romantisme affleure pourtant, dans les décors comme dans les textes lus, au milieu d'un drame intense. Du grand art et une mini série sublime. 
La suite, très vite ici, dans le crossover L&K Hell and Gone a Sandman Universe.

dimanche 11 juillet 2021

We Only Find Them when They're Dead : à l'abordage des dieux !

Hicomics défraie une nouvelle fois la chronique avec un comics magique tout de fureur retenue, au synopsis incroyablement original.

2323, l'espèce humaine qui a conquis une partie de l'espace a cependant épuisé toutes les ressources terriennes. Sa seule issue : dépouiller les corps de dieux géants et morts dérivant dans le vide galactique. 2367 : le Vihaan est un vaisseau nécropsique participant à une virée spatiale de curée. Celle-ci, très organisée, est surveillée par Paula Richter, à bord de l'Escort1, astronef de combat faisant partie d'une escouade, repartissant les zones opérables par vaisseau et empêchant toute tentative d'ex filtration avec de la matière aux fins de vente au marché noir. Le Vihaan, conduit par le capitaine Malik, sorte d'Albator au cache œil caractéristique des pirates, et vieille connaissance de Paula, envisage une fuite d'un autre genre : découvrir un dieu...vivant. Il sera pris en chasse par Escort 1...

 

Pour celles et ceux n'ayant pas eu vent de ce comics en version originale, parmi toutes les parutions alternatives de qualité inondant le marché, autant affirmer tout de suite que ces cinq premiers numéros parus chez Boom studios et regroupés ici dans ce tome 1, constituent sans aucun doute l'une des meilleures parutions du genre de ces cinq, voire dix dernières années.
Un titre en forme de Punch Line, intriguant à souhait et des planches magnifiques, rappelant l'univers Transformers dans son aspect numérique et d'armures métalliques géantes...il n'en fallait pas bien plus pour créer l'évènement. Se rendre compte cependant que le synopsis, déjà particulièrement original et ambitieux, est assuré par un scénario maîtrisé, rassure sur la faculté d'Al Ewing, créateur d'Immortal Hulk, à nous emmener dans une histoire plus que savoureuse. Pour cela, il se sert d'un déroulé fractionné en divers flashbacks et flash forwards, entre 2367 où les évènements se déroulent en direct et des sauts dans le temps. Le génie de Al Ewing consistant à introduire, et l'on ne pourra s'empêcher de penser à cet

égard à Universal War One -  des passages où la psychologie des personnages, surtout Malik et Paula, est mise en exergue,  tous deux ruminant un incident familial ancien, et vivant en direct une aventure spatio-temporelle. Le tout sur fond de découverte "fortuite" de dieux vivants, mais cela sera abordé dans le prochain tome. 

Simone Di Meo, jeune dessinateur italien apprécié entre autre sur Loki, agent d’Asgard, mais aussi présent sur d’autres titres Marvel, nous régale de planches rigoureuses, qui, si elles sont entièrement réalisées sur ordinateur, bénéficient d'une mise en page à la fois moderne et d'une grande liberté, enchaînant les essais géométriques variés a des pleines pages ou double pages de toute beauté. Les couleurs crépusculaire du vide spatial dans des tons verts, mais aussi  orangés, magentas et rouge pour la violence des combats et sentiments, de Mariasara Miotti, apportant la couche sublimant le régal de nos yeux. Nul doute que cet artiste réalise là la série qui va le propulser au niveau des grands. Un premier tome époustouflant, portant haut les couleurs du comics de Space opera, d’ailleurs nominé trois fois au Eisner Awards 2021.

FG

Toutes images : Simone Di Meo, Al Ewing, Boom Studios.

We Only Find Them When they're Dead : le voyageur par Al Ewing et Simone Di Meo.
Éditions Hi comics (17,90€) ISBN : 9782378872779 


lundi 28 juin 2021

Epiphania par Ludovic Debeurme : une flambée royale.

Il est des auteurs français qui laissent une marque indélébile dans le paysage de la bande-dessinée, et de la littérature graphique plus largement. Des œuvres telles ce roman graphique de Ludovic Debeurme, parue sous forme de trois tomes cartonnés méritant d’être dégustées, puis chroniquées après avoir pris un certain recul. Si une mini série telle le Roi des mouches de Pirus et Mezzo, clairement Influencée par l'univers comics d'un auteur comme Charles Burns a pu marquer le milieu des années 2000, Epiphania développe un univers graphique davantage marqué par l’Europe, bien que des références américaines alternatives ou japonaises s'échappent sans trop de retenue des cases.Voyage en Epiphanie, la venue des rois mages...

Lorsque Ludovic Debeurme dévoile sa nouvelle mini série Epiphania en 2017, il est clair que cet auteur, parmi les plus intrigants et talentueux -  au moins graphiquement - de sa génération, a débuté une œuvre qui marquera. Le premier tome est réussi, distillant une tonalité fantastique dans le propos et la forme, à laquelle on est assez habitué, bien que cette fois ci, comparé à ses précédents ouvrages, la longueur (plus de 100 pages) et le recourt systématique à des couleurs plus éclatantes, ainsi qu'un grand format cartonné, annonce une sorte de "renouveau". L'auteur avait semble t-il jusque là en effet plutôt réalisé des récits en One Shot, dans lesquels il délivrait des sortes de contes poétiques pour adultes, plutôt mélancoliques et mystérieux.
Là, avec ce récit de longue haleine, réalisé sur au moins quatre ans, il prend le temps de dérouler une histoire telle un état des lieux de sa pensée sur le monde actuel, en fin de cycle d'après lui. Car Epiphania est avant tout un pamphlet écologique. Se servant tout d'abord du préliminaire science-fictionnel prenant comme point de départ la chute de météorites apportant d'étranges naissance d'humains hybrides, vite concentrés dans des camps d'études et de "réadaptation", et ce synopsis fera grandement penser au comics Sweet Tooth de Jeff Lemire, débuté en 2009 et remis au goût du jour récemment sur une plateforme cinemaweb bien connue, celui-ci bifurque assez rapidement, dès le tome 2, vers une critique acerbe de notre monde. En effet, Debeurme, par le biais de son personnage central : le jeune hybride Koji, déplore la difficulté quasi insurmontable de communication entre sa race et celle des humains. Tandis qu'un combat s'opère dans le tome 2, entre la troupe menée par Pig, le chef, et les humains devant tous être exterminés, mais aussi entre Vespero, 

l'hybride chauve souris, sorte de Dracula extrémiste prenant le pouvoir, et Koji, souhaitant la médiation, ce dernier va trouver l'amour avec la belle Bee, au sein même de cette bande d'extrémistes mis au ban de la société. La thématique du jusqu'au boutisme humain est déjà abordée, sous la forme des expérimentations barbares, du rejet des autres espèces, de la consommation de viande à outrance (qui sera d'ailleurs l'objet d'un empoisonnement terroriste). Le tome 3 concluant l'histoire, dénonce encore plus clairement les dérives humaines sur notre planète en invoquant d'autres monstres sortis de terre, et éradiquant plus systématiquement la race humaine, incapable de s'adapter en partageant les ressources. 


Une des œuvres exposées à la galerie Martel en 2020

 

Ludovic Debeurme fait même appel à la culture japonaise du Kaïju, ces êtres géants représentants la colère de mère nature, afin de terminer un travail nécessaire et tandis que nulle trace (ou si peu) de l'être humain ne subsiste sur terre. Entre Koji (moisissure d’éléments nobles d’après le dictionnaire), et Kaïju, que le personnage central deviendra ensuite, il n’y a d’ailleurs qu’une fine frontière. Le récit évoque donc Godzilla, mêlé à la Guerre des mondes dans ce troisième tome, quoi que le fait de réapprendre à vivre ensemble, loin des ruines de l'ancienne civilisation puisse aussi évoquer quelque peu le Farenheit 451 de Ray Bradbury/ François Truffaut, d'autant que de feu, il est beaucoup question dans ce dernier tome. L'amour l'emportera, heureusement, mais à un prix relativement élevé, et le message de l'auteur, écrit avec des phrases au ton juste, chargées d'émotion, entourant ses cases de toute beauté, termine d'assurer à cet Epiphania un statut de très belle œuvre, et à son auteur celui d'auteur majeur.
A ranger aux côtés de Aama, Sweet Tooth, Lupus, Le Tribut...

FG


Epiphania T 1, 2 et 3
par Ludovic Debeurme
Éditions Casterman 2017-2019 


Une flambée au goût doux-amer...

mardi 15 juin 2021

Microsillons de Yann Madé : Micro Dancing et belles émotions

Yann Madé est un quinqua qui s’assume ("enfin" dira t-on), mais n’est-ce pas la difficulté de tous les mecs arrivés à la cinquantaine ?
Avec ce Microsillons, qui raconte finalement sa vie, il nous embarque dans le sillon des ses relations avec la musique, l’art, les femmes, la danse, au long des années 70 à 2020, en suivant les sorties discographiques de ces années ; d’abord influencé par les « Alphas » du lycée, puis par ses copines, et enfin par ses découvertes « fortuites ».



 

Là où l’on aurait pu attendre une redite d’un Petit livre rock d’Hervé Bourhis, ou d'un Locke Groove (JC Menu), on est surpris de découvrir l’univers graphique assez personnel (surtout vers la fin, avec ses aplats de gris très "contemporain" (lol), d’un auteur pourtant connu du milieu depuis 2013 et Encore raté, aux éditions VolcanAmadeus, la structure qu’il a lui-même monté pour ses animations socio culturelles. Yann a aussi tâté du fanzine avec Kérosène, le zarmagazine, et cela se ressent dans sa manière de jouer du noir et du blanc et de l’autobio un peu autoparodique, mais pas que. Car Yann Madé est capable d’une analyse assez pertinente et émouvante sur sa difficile relation avec la gente féminine, qui, d’après lui, « lui est restée dedans » si l’on souhaite, comme il le fait tout au long de son parcours, paraphraser un groupe qu’il a bien sûr écouté et qui est même représenté dés les premières pages. (Téléphone « Fait divers », 1979).


Car c’est finalement la plus grande surprise de cet album : l'analyse bienvenue d’une auto critique du « genre alpha blanc quinqua moyen », un peu macho sur les bords, et qui reproduit, malgré lui, des réflexes acquis au fil des années.. jusqu’au jour où, devenu papa d’une fille (et de deux garçons), le déclic se fait quelque peu… C’est l’occasion aussi de revisiter une cinquantaine d’années en musique, mais sous l’angle très personnel d’une discographie pas forcément « idéale » (bah !), mais sincère, très variable, et élargie à un peu tous les genres, représentant finalement la vraie richesse d’un auteur qui a su s’interroger, grâce à un questionnement très humain, sur sa place au sein d’un monde fait de beaucoup d’injustices et de clichés. On sera certainement davantage touché par cette franchise et par cette faculté si l’on a l’âge approximatif de l’auteur, mais quoi qu’il en soit, il faut lire ce bouquin graphique. En effet, si sa narration est un peu casse gueule parfois, parce que jonglant avec quelques répétitions, tout en structurant son propos dés le départ, elle se rattrape et finit par retrouver son équilibre, qui commence et se termine justement sur la thématique de la danse, que Yann a fini par découvrir et adorer. Microsillons aurait très bien pu s’appeler Micro Dancing, tant on ressent le besoin de, nous aussi, faire quelques pas de côté avec cet auteur touchant.
Original, graphiquement très sympathique, et bien foutu.

FG

Microsillons, de Yann Madé
Éditions Jarjille (17 €) - ISBN : 978-2-918658-88-7



lundi 7 juin 2021

Mille vie de plus : pas nécessaire pour une BD espagnole au top !

Un album "autobiographique" exemplaire, solaire, même si grave. Toute la force de la bande dessinée espagnole s'exprime dans ce titre paru paru en mai 2020, augmenté de 38 planches et un appareil critique.

14 avril 1931 Madrid : le jeune Miguel Nunez, accompagné de son père, au milieu d'une foule populaire dense, se rend à la Puerta del sol, célèbre place de la capitale pour fêter la fin annoncée de la monarchie, et l'entrée en République. Si cette euphorie ne va pas durer, c'est pour lui, fils de communiste, le début d'un engagement sans faille. 1932 voit le soulèvement du général Sanjurjo, puis novembre 1933 l'arrivée au pouvoir de la droite la plus réactionnaire. Il faut attendre 1936 pour que le front populaire ramène, non sans lutte, un vent d'enthousiasme, mais celui-ci est rafraîchi par une tentative de coup d'état. Miguel et ses amis, engagés au sein de la fédération universitaire scolaire, font partie des forces loyales à la
République, et se lancent dans une résistance armée qui se transforme en guerre civile. Parce qu’ils considèrent leur engagement autrement qu'uniquement sous un angle militaire, ils créent les milices de la culture et éditent même une BD ou parrainent un atelier de couturières. Seulement, en tant qu'opposants à un régime fasciste qui ne dit pas son nom, ils sont non seulement combattus, mais aussi traqués, et lorsque capturés : emprisonnés, torturés et souvent exécutés. Torturé, lui va l'être, à plusieurs reprises, dans de nombreuses prisons et va cumuler 17 années d'emprisonnement, entrecoupées de fuites, d'active implication dans les réseaux de résistance au régime franquiste. Enfin, en 1977, le parti communiste est légalisé, et il va être élu député pour cinq ans. Une continuité d'engagement, plébiscitée cette fois-ci.



Miguel Nunez est une figure du communisme espagnol et surtout de la lutte contre le franquisme. Son engagement politique sans faille, mais aussi celui, plus social et culturel, au sein de l'association espagnole pour la coopération avec le sud, qu'il crée en 1982 pour venir en aide aux populations du Nicaragua, ou bien encore celui de la mémoire, en 2004, avec l'Amesde, pour sauver de l'oubli les combats antifranquistes, auront marqué toute sa vie. S'il décède relativement paisiblement même si de poumons maltraités lors de son séjour comme travailleur réfugié, sous un faux nom, en 1949 dans les mines de silice de Nemours en France, il aura pris le temps d'écrire ses mémoires : la révolution et le désir, dont se sont inspirés Pepe Galves, qui l'a connu, et Alfonso Lopez. L'un est un scénariste de talent, spécialisé dans le polar, et grand connaisseur du neuvième art. Son implication sincère a été telle qu'elle a participé sans aucun doute à l'obtention par la généralité de Catalogne du prix national de la culture pour la première édition de Mille vies en 2011. Mais que serait ce superbe album aux qualités humanistes historiques et pédagogiques (24 pages bonus impeccables de notices en images, biographies, bibliographie...) sans le talent d'Alfonso Lopez ?

Ce dessinateur assez peu connu en France révèle ici sans aucun doute possible toute l'étendue de son talent. Avec un noir et blanc légèrement charbonneux, réalisé à la plume et au pinceau, s'exprimant dans des planches de hauteur trois cases maximum, mais le plus souvent deux ou en pleine page, il s'impose comme l'un des plus grands dessinateurs de son époque. Fluidité des courbes virevoltantes, aplats puissants, expressivité des visages, impressionnisme des scènes difficiles, pour mieux les évoquer. Fernando Lopez rend même, avec une poésie rare, dans un genre plus jeunesse, la fin de vie du "héros", grâce à une scène de dernier rêve émouvante.

Un ouvrage comme celui-ci illustre dans son propos avec clarté les valeurs de l'humanisme, et au niveau de sa forme, l'excellence dont peut être capable un éditeur. Il se trouve que les éditions Otium défendent des causes et des auteurs engagés, or, en 2021, nul besoin de préciser que les engagements citoyens sont plus que jamais nécessaires. Car, comme l'évoque une des citations de Miguel Nunez reproduites en fin d'ouvrage : "l'humanité, à défaut de transformer radicalement le système qui le gouverne, court inévitablement vers son autodestruction". Transformez nos vies en achetant cet album ! 



F G   

Mille vie de plus, par Pepe Galves, Alfonso Lopez, d'après les mémoires de Miguel Nunez
Éditions Otium (20€) - ISBN : 979-1091837224
Paru en mai 2020. 

 

Un tiré à part franco de port !

lundi 31 mai 2021

L'inspecteur Mc Cullehan vous embrasse bien (Du Rififi au Gougou bar)

Deuxième album de l’inspecteur Mc Cullehan par Pierre Shilling, genevois né à Melbourne, et dont le parcours alternatif et underground s’émancipe logiquement depuis quelques temps chez Les Requins Marteaux.
Avec ce nouvel opus consacré à cet inspecteur quadra, barbu blond tranquilou mais efficace, il nous embarque dans une story policière tartinée à l’humour potache bien dans l’esprit de la maison d’(ex) Albi.


L’inspecteur Mc Cullehan, qui pensait pouvoir couler des jours heureux et écrire ses mémoires (il n’en est qu’au titre), se fait rattraper par une sale histoire d’assassinat de Strip Teaseuse habillée (…) et va devoir se coltiner son ancien élève, devenu entre temps formateur à l’école de police, le lourdingue et incapable Craig Jennifer Davis...

On se marre beaucoup à la lecture de cet album, qui sera réservé à toute personne se fichant pas mal du style de dessin en BD, car Pierre Schilling revendique son trait naïf et peu académique. Il y a du Goossens, du Monty Python et beaucoup de n’importe quoi dans Inspecteur Mc Cullehan, mais du n’importe quoi vachement bien fait. L'école "Pif dans ta face" quoi, mais avec une certaine tendresse aussi.
Top.

Du Riffifi au Gougou Bar par Pierre Schilling
Éditions Les Requins marteaux (20€) - ISBN : 978-2-84961-309-2
 
 
 

Mes autres chroniques cinéma

Mes autres chroniques cinéma
encore plus de choix...