samedi 13 juin 2015

Rat God : Corben, comme s'il avait quitté Arkham hier !

Ci-dessous la reproduction en français de la chronique des comics Rat God en VO de Richard Corben, publiée le 2 juin 2015, en anglais, sur Bernie'sBlog on ne sait pas pourquoi ;-)


"Je viens juste de finir Rat God, la dernière mini série de Richard Corben, et j'en suis tellement retourné, que je l'écris en anglais. (sic) Peut-être sera t-elle proposée par Delirium en français à la fin de l'année ou en 2016, vu que le hardcover parait en Octobre aux USA 
Je suis un grand fan des œuvres de Corben et j'essaie de saisir tout ce qu'il peut réaliser. Cette dernière série en cinq parties se terminant tôt ce mois-ci, parle d'un homme perdu d'Arkham: Clark Elwwod, dans la forêt froide et sauvage entourant une ville étrange : Lamewood, elle-même perdue dans le temps. Là se trouvent rassemblés des gens bizarres déguisés en rats (ou de zombies, cela dépend des moments), qui dédient un culte à un ancien dieu, une créature en forme de rat géant. Celui-ci vit dans une caverne et des sacrifices humains lui sont consentis.Notre personnage principal court après son amour "scolaire" : Kito, qui s'apprête en fait à être offerte au rat sanguinaire. Mais Clark vit-il vraiment les situations? Sommes-nous en présence de souvenirs? A-t-il déjà rencontré Kito et toutes ces créatures? C'est avec ces interrogations que le comics numéro 5 nous laisse en fin de chapitre.


Il s'agit, à mon avis, de l'une des meilleures histoires réalisées par l'auteur lui-même.

Principalement inspiré de Lovecraft, du nom de la ville d'origine de notre anti-héros, à ses débuts étranges, il nous plonge rapidement dans une période non identifiée, tout en nous entraînant dans le désert et les langues étrangères, en ouvrant sans cesse des flashback, avant de stabiliser l'histoire au sein de Lakewood, mais sans explication plus réaliste à la fin.
C’est donc une grande promenade de train fantôme jusqu’au bout, avec de superbes dessins en couleurs et de nombreux nouveaux personnages, chose que nous n’avons pas eu le privilège de voir depuis longtemps dans le travail de Corben, sauf dans Ragemoore, mais avec beaucoup moins de caractères (et en noir et blanc). À ce sujet, les premières pages nous rappellent une autre histoire ancienne abordant les mêmes thèmes: Dweller in the Dark (1976, publié en France sous le titre « La cité morte de la peur », dans Ogre, 1979). Comme le titre ne le dit pas: une mini série du tonnerre de dieu ! Bravo monsieur Corben!   Rat God 1 à 5 par Richard Corben Darkhorse comics, Fev à juin 2015 À paraître en octobre 2016 chez Délirium.

Mes autres chroniques cinéma

Mes autres chroniques cinéma
encore plus de choix...