mardi 19 septembre 2017

« Curse » par Riley Rossmo, Colin Lorimer et Tim Daniel, Michael Moreci

Les histoires de loups garous sont plutôt légion en bande dessinée et au cinéma. Ce one shot paru chez l'éditeur américain Boom studios, d'auteurs pas encore trop reconnus en France, propose néanmoins une approche intéressante du sujet. Ankama ne s'y est pas trompé.


Laney Griffin est un ancien joueur de football américain. Sa carrière est fichue depuis que son jeune fils a déclaré une leucémie. Seul et sans le sou, il est désespéré. Il se met alors en tête de tuer la "bête" qui massacre des humains dans les bois environnants afin de toucher la prime imposante. Mais il ne se doute pas à quelle créature il va être confronté. Il se peut même que sa vie chavire complètement.
Belle couverture engageante, et scénario maîtrisé. Même si on n'a pas encore lu « Roche limite », l'autre album de Michael Moreci publié chez Glénat comics en 2016, (une mini série de space opera en un volume relié, plutôt séduisante), il apparaît évident que ce gars là connait son boulot. On ne rechignera pas trop à découvrir ses autres publications. D'ailleurs il en partage au moins une avec son co auteur Tim Daniel : le titre « Burning Fields », publié chez Ankama en novembre 2016 et plébiscité par la critique. Les avis pour « Enormous » chez le même éditeur, dessiné par Tim Daniel avec un autre scénariste, ont été quant à eux un peu plus mitigés.


Ici, le dessin est partagé entre scènes du présent, par Colin Lorimer, et Riley Rossmo, dans les flashbacks. L'un aborde son travail à l'informatique, un peu dans l'esprit de Michael Gaydos sur la série « Alias », l'autre use de trames, son style très stylisé étant ici mis en exergue par une colorisation bicolore rouge et blanche. Bien vu et très pratique pour ne pas perdre le fil en tant que lecteur.



En tout état de cause, l'histoire se lit avec intérêt jusqu'au bout, et la chute, à la fois classique et intéressante, laisse quand même un goût de drame familial bien senti. D'ailleurs les superbes couvertures ajoutées en bonus continuent de « raconter » de manière encore plus fine la destinée de ce papa et de son fils.



Si il ne s'agit pas pas du titre le moins incontournable du label 619 d'Ankama, « Curse » se positionne néanmoins comme un bon thriller fantastique aux limites de l'horrifique, que l'on rangera volontiers aux côtés de :
« Sarah » (Humanoïdes associés 2003), « Severed : Destins mutilés» (Urban 2013), ou « Candy Mountains » (Ankama, 2012-2013), par exemple.


Franck GUIGUE


« Curse » par Riley Rossmo, Colin Lorimer et Tim Daniel, Michael Moreci
Éditions Ankama (14,90 €) - ISBN :  9791033504559

mercredi 6 septembre 2017

« Faith T2 : Doubles et faux-semblants » par Pere Pérez, Marguerite Sauvage et Jody Houser.


Le tome 1 de Faith, cette nouvelle super-héroïne "normale", enfin, bien enveloppée physiquement, mais intégrée dans une vie active classique moderne, a été très bien accueilli par la critique et le public ce début d'année. Les éditions Bliss Comics poursuivent donc sa publication avec ce tome 2 toujours aussi rafraîchissant.




Faith Herbert, alias Summer Smith sous sa couverture de chroniqueuse au journal de Los Angeles Zipline, est en réalité Zéphyr, une super héroïne. Ses pouvoirs : télékinésie, avec la possibilité de voler, lui ont été révélés par son ami et super-héros lui-même : Archer.

Ses premières aventures sont contées dans l'intégrale « Harbinger », où elle a eu l'occasion de faire partie d'une équipe : les Renégats. Renégats car dissidents de la petite armée qu'a souhaité créer le redoutable psiotique Toyo Harada. Le précédent tome de sa série homonyne nous a présenté son univers de geek sympathique et ses relations un peu compliquées avec, dans l'ordre : sa patronne, ses amis, et les garçons. Comment gérer en effet une double identité et un surpoids ?


Dans ces quatre nouveaux épisodes, notre charmante amie blonde (rousse lorsqu'elle revêt sa perruque de Summer), a d'abord fort à faire avec le beau gosse dont elle est fan : l'acteur Chris Chriswell. Celui-ci demande à la rencontrer pour une séance photo. N'écoutant pas les conseils de son meilleur ami, elle va sans le savoir déclencher un piège qui pourrait bien lui être fatal.
Couverture US
Les chapitres 3 et 4 nous emmènent quant à eux dans l'univers attachant des conventions de comics.
Pour tout amateur de bande dessinée, les Comic con définissent quelque chose de familier, même si on parlera plus facilement de festivals BD par chez nous. Ces manifestations où se retrouvent fans de comics, auteurs, libraires, cosplayers, vendeurs d'albums, d'originaux, de goodies, sont des moments incontournables dans l'année.
La bonne idée de Jody Houser, jeune scénariste mais déjà très appréciée est de nous immerger au sein de l'une d'entre elle pour un récit où un détraqué déguisé en méchant Mickey a programmé de dérober quantité de matériel de collection. Faith et Archer qui étaient venus là en fans vont tomber sur un personnage plutôt étrange qui leur donnera un peu de fil à retordre.

L'aspect plus que sympathique de cette série, en dehors du fait qu'elle ne comporte ni sang ni grosse violence, réside dans le constat de départ d'imposer une jeune femme presque obèse comme super héroïne. Les critiques du premier tome ont été quasiment toutes unanimes à saluer ce parti pris. Et il faut avouer que celui-ci fonctionne plutôt bien. L'univers à la fois très réaliste de Faith Herbert (son appartement, ses activités quotidiennes, ses questionnements amoureux), ou de son alter ego Summer Smith (ses relations au travail) et ses aventures fantastiques se déroulant dans l'univers Valiant présenté par ailleurs, avec ses héros et des méchants, fonctionne.

Il est question ici d'une jeune femme adulte, mais geek, et l'impression d'une sorte de Spider-Man qui s'adresserait aux jeunes adultes partageant les mêmes passions ou inquiétudes, est forte. C'est en fait sûrement très clairement l'objectif de la scénariste, et ce qui explique l'accueil positif de son héroïne en librairies aux États unis. Espérons que le public français saura réserver un aussi bel accueil à ce comics tendre mais non dénué d'action.

A noter : la colorisation de Andrew Dalhouse et les superbes couvertures aquarellées de Kevin Wada sur ce tome.

Franck GUIGUE


« Faith T2 : Doubles et faux-semblants » par Pere Pérez, Marguerite Sauvage et Jody Houser
Éditions Bliss (14,95 €) - ISBN : 978-2-37578-00-7-7 

Mes autres chroniques cinéma

Mes autres chroniques cinéma
encore plus de choix...