samedi 27 janvier 2007

Vaughn Bodé

Si vous ne connaissiez pas cet auteur américain culte, c'est l'occasion avec le site de son fils (Marc Bodé) qui présente quelques pages rétrospectives intéressantes :

vendredi 26 janvier 2007

l'Association et 30/40 Futuropolis


Déjà repéré mais par hasard, je vous redonne l'adresse de ce super site qui détaille par le menu (hi hi) et en images le catalogue de l'éditeur vedette des années 90 : j'ai nommé : l'Association.
Il s'agit en fait du travail d'un fan qui s'avère n'être autre que....
Daniel Darc !!! (ce qu'il veut bien nous faire croire en tous cas).
Vous touverez donc aussi tout sur le groupe Taxi Girl.

Et en bonus, parceque c'est vous, le catalogue de la collection 30/40 des éditions Futuropolis (oh combien culte), sachant qu'il est emprunté au site de Gallimard, où vous trouverez le reste des collections de Futuro.

nb : il manque bizarrement celui de Jeff Jones, qui est pourtant un des meilleurs. Ainsi que celui de Vaughn Bodé, (daté 1975 et côté jusqu'à 85 euros !!). Etrange, vous avez dit étrange ...

* Ci-dessous : le 30/40 "le Roman de renard", de Forest et Cabanes, plutôt rare. Si un jour vous ne savez pas quoi m'offrire pour mon anniversaire...

lundi 22 janvier 2007

Un lac de montagne et des arbres qui chutent



Rêve du 21 :
Je repense en tappant le résumé de ce rêve que j'ai déjà rêvé à des décors de montagnes. En fait, ces derniers temps, j'ai rêvé à de nombreuses reprises à des courses de vélo auxquelles je participais en montagne. (hautes alpes). A chaque fois, je progresse dans le classement de l'épreuve.(...) Etrange...

Hier au soir, j'ai rêvé à nouveau à la montagne.

Je me transporte en volant d'un flan de montagne escarpé à une clairière flanquée d'un lac. Là, au pieds des mélèzes environnants, nous nous apprétons les gens présents et moi à nous baigner quand soudain, des craquements inquiétants nous font nous retourner.
Les grands arbres se mettent à tomber, les uns après les autres. Nous devons éviter leur chûte, et les "ranger", au fur et à mesure.
Cela devient très dangereux, et des baigneurs aventureux évitent de justesse d'être écrasés, ou empallés.
Un à un, les arbres tombent, presque tous du côté du lac.
Quand celà s'arrétera t'il ?

Je me revois me dire : "Est-ce dû à un affaissement de terrain ??"

Cette réflexion est-elle le fruit de mes préocupations sur la question du développemt durable dont on parle beaucoup en ce moment ?

(...)

samedi 20 janvier 2007

Wiped out, le petit frère !

Comment parler du label chambérien Larsen, sans citer son petit frère de sang agité d'une dizaine d'années Wiped Out ?
Il se trouve que l'Orchidée d'Hawaï dont on parle juste plus bas a partagé il y a peu un ep vinyl avec un groupe de l'écurie Wiped Out nommé Angelo Spencer. Et c'est un tueur !! (allez écouter des morceaux sur leur page web).
La country-folk-surf déjantée de ce combo ne m'a pas laissé de marbre, ainsi d'ailleurs que la plupart des références de ce label trèèèès sympathique.

Alors, allez rendre visite à Yannick, son boss (hoss) sur le site officiel.

I want love and affection, right now !

Je vous ai déjà présenté le label Larsen de Chambéry sur le Podcast d'Hector, via l'album Rock steady du B-Soul All stars.(note du 30/10/06, ancien blog)
les B soul all stars sont dirigés par Benny Gordini, chanteur charismatique et directeur du label qui au sein de ce combo laisse aller son penchant pour la soul jamaicaine.
Mais sur le dernier 25 cm vinyl des Slow Slushy Boys, le doyen des groupes de l'écurie Larsen, c'est à une B-soul party que Benny nous convie.

B-soul, quezako, me direz-vous ?? et bien reportez vous à cette note sur l'artiste Nathaniel Mayer dont le premier titre du disque des Slow, "I want love and affection, not the house of correction" est emprunté, et vous le saurez.

Les Slow Slushy Boys jouent justement le 27 Janvier à Lyon avec l'Orchidée d'Hawaï, autre combo français, et c'est une occasion à ne pas rater. Le psyche-cool de ce groupe génial s'accorde plutôt bien à la soul communicative des Slow, et franchement, cela promet de sacrées soirées.

Les dates :

Jeudi 25 Janvier, ADAEP Grenoble : l'Orchidée, les Slow, plus Advienne que peu en troisième groupe.
Vendredi 26 Janv, locaux Larsen, Chambéry : Slow Slusshy Boys + Le Machine automatique
Samedi 27 Janvier, Le Sonic, Lyon : L'Orchidée d'Hawaï/ Slow Slushy Boys

mercredi 17 janvier 2007

Le retour de Strange chez Organic !!

Avec un peu de retard, désolé, quelques news de chez Organic :
Les nouveaux comix seront disponibles pour le festival d'Angoulême.

Strange 1. format 16x24,5cm, 32 pages couleurs, couverture glacée, 5 euros
en librairies spécialisées et en VPC (port gratuit) chez Organic Comix -
"Plasse", 42670 Belmont de la Loire.

Mikros - Kaos Politiquement Incorrect. format 16x24,5cm, 64 pages couleurs,
couverture glacée, dos carré, 10 euros en librairies spécialisées et en VPC
(+ 2 euros de port) chez Organic Comix - "Plasse", 42670 Belmont de la
Loire.

* Et n'oublions pas :

The Myth of 8-Opus de Tom Scioli (couleur : Reed Man, traduction Jean Depelley) qui a déjà débarqué en France, en novembre dans les kiosques, publié en épisodes à partir de DC Flash Comics 5. La Fantask' Force avec Mikros quant à elle a paru dans le N° 4 de la même revue. (4,10 euros, même contact). Et apparemment, ça continue donc dans Strange.

COMIX MUST GO ON!

lundi 15 janvier 2007

Gêne d'Hiroshima



Il y a deux ans déjà, en rentrant de vacances, j'avais posté une note du même titre sur le site Onabok à propos d'Hiroshima et des diverses manifestations liées à la commémoration de cette tragédie.
Je parlais alors du journal de 20 H de France 2 qui avait consacré un petit reportage ce 6 Aout 2005 à Nakasawa, l'auteur du manga Gen d'hiroshima.
Cette note a disparu, effacée car traitée comme une info, et non sauvegardée. Mais cet évènement, ces souvenirs d'un film marquant et de cette bande dessinée hyper réaliste me donnent l'envie d'en reparler.

Tout d'abord, replaçons nous dans le contexte de cet été 2005 où pas un média ne consacra pas une page ou un reportage à la tragédie. Mais en lecteur assidu de la fameuse bande dessinée Gen d'hiroshima depuis sa première publication en france au début des années 80 aux Humanoides associés, j'attendais une citation de ce livre qui pour moi se posait comme une référence.
Il est vrai que l'ancienne édition était largement incomplète et s'arrêtait au moment où la bombe venait d'être lachée sur la ville. Cette publication, l'une des toute première traduction de manga dans l'hexagone avait pâtie de la méconnaissance de ce style et la suite prévue n'avait jamais vue le jour. C'est pourquoi sa réédition chez Vertige Graphic en 2003, édition augmentée et surtout en version intégrale (toujours en cours) me rempli de joie.

S'il est vrai que le style Nakasawa est très typé années 70, avec beaucoup d'exagérations dans les grimaces et sentiments, cela est aussi valable pour Buhdda de Tezuka, que personne ne critique. L'intérêt du scénario n'est cependant jamais remis en question. Nakasawa arrivant à dessiner avec une grande faculté la psychologie des personnage et le drama de chaque journée. Que ce soit avant, pendant le drâme ou après, là où la vie essaie de reprendre tant bien que mal ses droits, le ton est juste et les faits traités documentés.

Ce soir du 06 Août donc, à la fin du journal de France 2,le petit reportage nous emmène dans une librairie japonaise où un vieux monsieur, (Nakasawa) circule dans les rayons parmi les clients. Il explique le pourquoi de son manga, et se fait rapidement interpeller par un jeune homme, un livre à la main, qui lui demande une dédicace.
Le vieil homme s'exécute en souriant, plutôt fier, et le jeune homme de lui avouer : "je suis né un 06 Août". Touchant.
C'est en tous cas une des, des sinon l'unique fois où l'on a pu voir monsieur Nakasawa à la télé française.
(lire une interview de l'auteur sur actuabd)

Quand au film qui m'a marqué, je ne sais plus le nom, il se peut que se soit ce docu-fiction d'Arte, mais je n'en suis plus sûr. Il s'agissait plûtot d'un film (ce n'est pas Pluie noire de Kurosawa qui est pourtant très bien aussi !). La scène qui m'a marquée se situe dans les collines qui entourent la ville. Un medecin est venu en vélo au chevet d'une femme malade et se trouve dans une maison traditionnelle lorsque l'éclair illumine le ciel. La maison subit le souffle mais ses habitants ne sont pas irradiés. Le médecin, qui sort après coup pour se rendre compte de l'évènement voit remonter au bout d'un moment une chose noire difforme le long du chemin. Il croit d'abord à un fantôme, tant la chose est coulante et ressemble à une ombre. Il s'agit en fait d'un homme brulé vif par les radiations qui vient de la ville, et qui est littéralement en train de fondre. Il demande de l'eau au médecin médusé, avant de s'écrouler à ses pieds, raide mort.

Gen d'Hiroshima décrit des scènes identhiques.
C'est ce qui me hante depuis.
Si vous avez une idée du film dont il peut s'agire, contactez-moi svp.

* Pour les plus courageux ou intéréssés, voici un extrait du DVD de l'anime tiré du manga Gen d'Hiroshima et daté de 1983. (Hadashi no Gen (A-Bomb Animation). Il s'agit de la scène de l'explosion.
... Effrayant.

dimanche 14 janvier 2007

Kenji Sawada et les Spiders


Pour revenir sur Hiruko le goblin, de Shinya Tsukamoto, que j'ai particulièrement apprécié, je réalise seulement en réécoutant la présentation de J. P. Dionnet que le principal acteur Kenji Sawada faisait partie du groupe garage japonais the Spiders dans les années 60.

Je vous rappelle le post des Bunnys, autre Group sound, comme les combos originaires de là-bas à l'époque se faisaient appeler et vous renvois sur ce morceau pour faire connaissance avec un genre bien particulier.
Ecouter le mp3 des Bunnys sur la note originale.

Plus d'infos sur les group sounds et les Spiders at : http://60spunk.m78.com/spiders.htm
(Un CD des Spiders est disponible chez Big beat dans la collection "GS I love you" vol.3)

Richard Corben, La bibliographie française : complément d'info

On continue à reposter les ressources de l'ancien blog d'Hector.
Aujourd'hui, le détail de contenu des albums de Corben en français, puisque sur l'incontournable site français consacré à Richard Corben, le détail des albums compilation est manquant. En prime de petites anecdotes sur leurs achats à l'époque.
Ce sont les : Détails de Corben, un document à lire maintenant !
(et en plus, c'est un document "feuilletable")

Sinon, d'autres histoires ont bien sûr été publiées depuis “La Maison au bord du monde“, “Hulk“ et “Cage“.
En américain pour la plupart, (sauf “La couronne du roi“, in Metal Hurlant #142).
Dans un futur lien intitulé "Corben covers", vous trouverez les images des dernières histoires parues avec une chronique pour la majorité, et il sera tenu à jour, autant que faire se peut. Watch out !

samedi 13 janvier 2007

Le must de la country !


Une image qui explique peut-être pourquoi les français ont si peu de respect pour la musique Country.
(from R. Crumb's heroes of Blues, Jazz and Country, Abrams book. Nov. 2006.)

* Well, si Crumb voyait ce qui suit, pas sûr qu'il apprécie.
(le contenu du jeu de cartes Blues en ligne) :
http://www.celticguitarmusic.com/crumb.htm

Mes autres chroniques cinéma

Mes autres chroniques cinéma
encore plus de choix...