mardi 18 mars 2008

Du Corben pur jus... à la sauce espagnole !

Enfin une nouvelle note !
Beaucoup de travail et une connexion Internet déffectueuse à la maison... il n'en faut pas plus pour perturber le cours d'un blog.
Enfin, "on" a gagné. C'est l'essentiel. (...)
A bientôt à toutes et tous !... d'içi... deux semaines !?



Les HERESIARQUES

Humanoides associés 2002/2007
Da Pastoras/Portela

Juillet 2002 : Metal Hurlant, le mag, revient. A l'intérieur, parmi de superbes bandes de Beltran, Riou, Parel, Wazem, Charest, 12 planches noir et blanc (ou gris devrais-je dire) d'un nouveau prodige espagnol : Das Pastoras (dessin).

Cette "Part du lion" sur scénario de Portela conte les origines des héros de la série les Hérésiarques, dont le premier tome a paru en Janvier de la même année chez les Humanos. Une bombe passée plutôt inapercue que ce n°134 va tenter de réactiver. Ce sera chose faite dés le n° 140 avec 12 pages couleur qui débutent la publication en épisode du deuxième tome : "Les sentiers invisibles".

(...) "En épisodes dans un bimestriel, ce n'est pas idéal, c'est vrai; mais on s'en voudrait trop que vous ne connaissiez pas cela" écrit l'éditorialiste. Effectivement, cette série est un must mélant science-fiction et héroic fantasy, dans la plus pure tradition "Metal" et on se croirait revenu aux premières heures de publication de Bloodstar (Richard Corben) dans la même revue, quelques 32 ans plus tôt.

Citer Richard Corben en parlant des hérésiarques n'est pas anodin. Pour tous les fans de cet auteur/dessinateur américain culte des années 70/80, surtout connu pour son héros Den (2 sagas) mais beaucoup plus productif malgré des parutions anarchiques en France, il ne fait aucun doute que Das Pastoras et Portela en sont de dignes héritiers. On n'avait pas vu de fresque aussi bien contée et dessinée, mélant beauté et fureur depuis.
(voir le site français consacré à Corben )

Un dessin tout en finesse, au trait léger peu encré; des couleurs directes intelligemment traitées, aux tons pastels, à mille lieux de la colorisation Photoshop enfantile et m'a tu-vue de beaucoups d'apprentis dessinateurs SF modernes., et des personnages humains auxquels on s'identifie immédiatement, malgré leurs facies hideux.

Quant au scénario, il nous propose de suivre la piste d'Agon, jeune guerrier choisi par ses pairs pour chasse Xaba-ha et donner sa tête en offrande à Madorak, le nouveau Dieu de son village.
Parti pour relever le défi, et avoir ainsi le droit d'épouser Aldara, fille du grand prêtre qu'il aime éperduement, il subit cependant un retard lors de sa chasse. Lorsqu'il revient au village triomphant, sa bien aimée a été sacrifiée au Dieu Madorak. Agon enlève alors le corps d'Aldara et commence sa quête pour retrouver son âme.


Paru en Mars 2007, soit 4 ans (!!) après sa prépublication, ce deuxième tome a tenu toutes les promesses du premier.Il s'arrête cependant sur la mort d'Agon (mort que l'on ne peut imaginer définitive), et en plein rebondissement. La quête touche presque à sa fin et on est plus que jamais attaché aux cases de la série.

Si les Humanos (et les auteurs) ne prennent pas autant de temps à publier le troisième tome, on devrait avoir des nouvelles de nos héros cette année 2008. C'est avec beaucoup d'impatience qu'on attend en tous cas le dénouement (sinon la suite) de cette série, dores et déjà culte.


Droits toutes images : Humanoides associés/Das Pastoras/Portela

Aucun commentaire:

Mes autres chroniques cinéma

Mes autres chroniques cinéma
encore plus de choix...