mercredi 11 novembre 2009

Pierre Koernig : perdu entre feu, terre et ciel

Mon enfance au milieu des années soixante-dix a été bercée par de nombreuses lectures de revues publiant de la bande dessinée. Les plus anciennes auxquelles notre famille était abonné provenaient surtout des éditions Fleurus : Fripounet, Jonas, Coeurs vaillant Formule 1, Okapi, Triolo...
Celles-ci ont nourri nos imaginations, mon frère ma soeur et moi, aux côtés des classiques Tintin et Spirou, et avant d'ingurgiter les moins conventionnelles Metal hurlant, Charlie, Pilote, l'Echo des savanes, A suivre, Viper, Epic, Special USA...
Beaucoup d'auteurs ont fait leurs débuts dans ces premières revues catholiques et on citera parmi les plus connus : Juillard, Verrien, Convard, Binet, Tito ou Loisel; tandis que d'autres, dont les récits n'ont même pas paru en album une seule fois n'ont pas non plus connu les honneurs de la notoriété. Leur nom ne disant d'ailleurs même plus rien aujourd'hui à la plupart des amateurs.
...Tel est malheureusement le cas de Pierre Koernig.
Ses débuts :
« Pierre Koernig, né en 1938 a publié ses premières BD dans le magazine de l'armée Col Bleu où travaillait aussi Giraud, tous deux étant alors occupés à accomplir leur service militaire. Les deux auteurs travailleront d'ailleurs ensuite dans les pages des magazines des éditions de Fleurus Fripounet et Coeurs-Vaillants. Giraud vivra d'autres aventures plus valorisantes alors que
Koernig restera fidèle aux titres des éditions de Fleurus. Auteur très doué, il finira par abandonner la BD au début des années 80. Notons les séries le Roman de Renart et Ptit Loup dans Fripounet et sur la fin de longs récits dans Formule 1.
J'étais moi aussi un admirateur de son travail. A tel point qu'un milieu des années 80 je lui ai demandé de reprendre les Ecluses du ciel aux éditions Glénat, série écrite par Rodolphe abandonnée par Michel Rouge. Il a réalisé une douzaine de pages payées par Glénat (que j'ai conservé) superbes puis a laissé tombé. La série sera terminée par Allot.
Koernig était un type adorable mais aux prises avec ses démons qui en faisait quelqu'un d'instable, jamais satisfait de lui bien que passionné par son métier. Il vivait misérablement et seul. Après cet épisode je n'ai plus jamais eu de nouvelles de lui, ni personnellement, ni par ses travaux. «
(Paragraphe ci-dessus : témoignage inédit d'Henri Filippini, recueilli le 25 Juin 2009)
Koernig à Formule 1
La carrière de Koernig dans Formule 1(1) atteint un pic semble t-il lorsque paraît une histoire de science-fiction très étrange à partir du 24 de 1976 (Eté).
"Colère sur le Kundalunping" met en effet en scène tous les personnages qui vont faire partie de ce que l'on va ensuite communément appeler L' « Alerte au Nimbus », et qu'on peut qualifier de son chef-d'oeuvre.
Mais avant cette histoire de 86 pages au total, comprenant planches noir et blanc et couleur, Koerning a déjà créé un intérêt pour les îles indonésiennes, avec un style résolument aventure (différencié de ses pages d'humour non-sensiques (voir bibliogaphie), en introduisant un personnage particulier, qui pourrait donner son nom à la série si elle avait été publiée en album. Il s'agit de « l'Antiquaire. »

« L'antiquaire », une parution quelque peu chaotique.
Une poignée d' épisodes de cette série ont paru, manifestement à partir de l'année 1975, sans assurance néanmoins. Je ne possède en effet pas cette année, mais dans le n° 22 de 1976 (2 Juin), on peut lire le résumé suivant : « La paix est revenue depuis sur l'île de Capricola rocks (…) Un mois est passé depuis le raid effectué par le commando de l'»antiquaire » à cause d'un rocher en forme de tête d'alligator ... » On en conclura que la série était donc bien en cours.
Extrait de la planche 1 de "Rififi à Tititotli"
D'autant plus qu'en 1981, une réédition* semble s'amorcer, comme cela est aussi le cas pour La longue piste de Loup gris de Juillard et Verrien, d'abord parue en 1975, du n° 4 au n° 53. (Source : Pêle mêle, monographie André Juillard, chez Pythagore ed. 1999)
(*) réédition semble t-il à la lecture de ces histoires qui content des épisodes précédant ceux de 1976 !!
L'exemple en parallèle du western de Juillard (Loup gris) tend de plus à confirmer la piste d'une première publication en 1975.
Deux extraits "d'ouragan...", avec le personnage principal.
Les épisodes de l'Antiquaire recensés :
nb : le chiffre entre parenthèse indique le numéro de l'épisode replacé chronologiquement.
1976 :
n°22 Rififi à Titlitotli (7) 8 pl. n/b HC
n°23 Sorcellerie à Titlitotli (8) 8 pl. n/b HC et fin
1981 : n°21 (27 mai) Le trésor de la tête d'Alligator (3) 4 pl. n/b AS (reprise)
n°22 suite (4) idem
n°25 suite (5) idem
n°26 suite (6) idem
nb : La suite du n° 26 est lisible dans le n° 22 de F1 de 1976 !!
n°30 (29 Juillet) Ouragan sur Capricola rocks (2) 8pl. n/b HC
> Cet épisode s'avère pour sa part être le deuxième épisode du début de la série, d'après son résumé.
On perçoit donc, avec le désordre ou en tous cas les longs hiatus de parution de ces épisodes repérés par le présent recensement, que Koerning n'a pas franchement été aidé par l'équipe éditoriale de Formule 1 à l'époque. Une série de huit (?) épisodes pourtant intéressante à de nombreux égards, qui peut faire penser au niveau scénario à un mélange entre Bernard Prince (Greg/Hermann), et le Collectionneur, de Toppi. Ce dernier publiant d'ailleurs à l'époque des bandes dans la même revue.

Juin 1976 : Alerte au Nimbus !
Après ces deux épisodes « en bout de ligne » (rien d'autre en effet durant tout le premier trimestre 76. On pourrait penser que cela a peut-être été volontaire pour annoncer le grand retour de Koernig dans les pages de la revue ?), déboule le n°24 avec : « Colère sur le Kundalumping », une toute nouvelle histoire et de nouveaux héros.
Extrait de la planche 1 de "Colère..."
L'intrigue se déroule dans la vallée de Bandoung, à l'ouest de Java, en plein pays Sunda.
« Kundalumping » le nom du volcan de cette vallée, veut dire « cheval qui saute » en javanais.
Les personnages :
Pol Cassard, volcanologue
Bung Lambok, geophysicien indonésien
Gil Korgolan, aventurier/ethnologue et ami de Pol
Ariam-Wuruk, le « malim » (sorcier ermite indonésien)
Synopsis : nos deux héros et leur ami sont chargés d'une mission par le gouvernement de Djakarta : vider le lac d'acide du cratère de ce volcan qui s'agite, afin de sauver la population.
Ils vont se heurter cependant tout d'abord au malim, guidant le village contre eux lorsqu'ils révèlent leur plan alors que les autochtones s'apprêtent à fêter la chasse au sanglier sur les pentes du volcan, puis s'en faire ensuite un allié après l'avoir sauvé d'émanation sulfureuses.
Cependant un nuage (un nimbus) évoluant au dessus du cratère se fait menaçant et envoie régulièrement la nuit des décharges électriques à l'intérieur, laissant d'étranges séquelles, dont de bizarres dessins au triangle.
Le reste à lire dans le résumé de la première partie publié dans le n°40 de 1978, cf. images ci dessous :
Un scénario et des situations très accrocheurs
La suite est à l'avenant et en couleur, ce qui rajoute énormément à un dessin déjà très particulièrement intéressant
L'apparition des créatures robotiques volantes dans le n°9 de 1977 avait soulevé l'inquiétude et un grand suspens. Le retour de la série à l'automne 1978 tient ses promesse et nous entraine dans un récit de science-fiction ésotérique jamais vu.
On est loin de Blake et Mortimer, cependant le shaman, (asiatique ?) à tête de triangle qui mène les créatures et dont les formidables pouvoirs semblent extraterrestres n'est pas si loin du robot des Trois formules du professeur Sato. D'autant plus qu'il donne ses ordres en japonais et porte une tenue traditionnelle nippone.
Dans l'épisode « La nuit du triangle », le dernier en noir et blanc, on assiste à un déclenchement volontaire de diverses perturbations climatiques au dessus de Djakarta, puis à l'enlèvement des membres du DEEP par les créatures surgissant d'un nuage à tentacules. (!!)
Cet épisode très condensé montre non seulement une maîtrise de l'enchainement chez Koernig, en plus de son dessin, mêlant traits nerveux et hachures, mais étonne encore aujourd'hui par la modernité de son sujet.
On n'a jamais été aussi concerné en 2009 par les changements climatiques et le réchauffement de la planète. Aussi, voir un tel scénario catastrophe développé en 1977, cela ne rend que plus pertinente l'oeuvre.
La reprise en couleur voit nos trois héros seuls face à leur destin puisque le reste de Djakarta a sombré dans l'inconscience suite à une attaque au gaz soporifique.
Ceux-ci s'emparent de combinaisons de pilotes de chasse et décollent à bord d'un « supersonique Convair XB58 « Hustler », armé nous dit-on de roquettes et missiles air air 20 bourrés d'argent iodé » (…)
Quelques rares faiblesses scenaristiques
Si ces cases de poursuite et de bataille aérienne face à un cyclone en formation sont stupéfiantes, et si elles ne manquent pas de rappeler un autre classique de l'aviation : (Tanguy et Laverdure : mêmes tenues kaki), on reste par contre très sceptique quant à la crédibilité d'un vulcanologue sachant manier à l'arrachée un appareil de cette nature, tout comme le fait qu'il sache se servir de ses armes de guerre...
C'est le point faible du scénario qui assène comme un coup de masse au lecteur d'aujourd'hui.
Mais l'action continue et on passe outre sans se faire prier.
Se pose aussi la question des raisons du Triangle … Qu'est-ce que ce maître du monde en puissance peut espérer, mis à part « robotiser » (en fait amener à sa volonté grâce à un casque envoyant des ondes) toute une population ?? Pourquoi faire au final ??
Une autre petite faiblesse du scénario puisque restant sans réponse... mais après tout, que demander de logique à un savant fou ?

Le final sur l'île du diable

Ayant repéré l'île où le Triangle (vaisseau et personnage) ont atterri, nos trois héros, à bord d'un canot de sauvetage (il se sont éjectés finalement ) y accostent difficilement puis s'emparent des 3 armures de créatures gardant un poste de surveillance.
Des scènes de Kung fu très "série B"
Le repaire est situé dans un cratère (quoi d'autre ? ) et malheureusement pour eux, ne connaissant ni le japonais ni le code d'accès du jour, ils ont tôt fait d'être mis hors d'état de nuire par une décharge électrique déclenchée à distance à l'intérieur de leurs casques.
Il en serait fait d'eux si Ariam Waruk, le sorcier de Kundalunping n'était pas là pour les sauver. Ayant été amené sur l'île avec nombre d'autres habitants de Kundalunping enlevés lors d'une même opération soporifique qu'à Djakarta, celui-ci est le seul à avoir pu se réveiller à temps et s'échapper, grâce à ses pouvoirs mentaux, alors que les autres indonésiens ont fini en robot déshumanisés.
S'emparant un à un des gardiens à l'aide du pouvoir d'invisibilité du sorcier et donc forte d'une armée grandissante, la troupe arrive à tenir en joue le Triangle et à lui faire ôter son masque.
Et là... coup de théâtre : il n'y a qu'une boule lumineuse à la place de la tête, d'où s'échappe un ricanement maléfique... (le même que celui du moine fou de la « Ballade la mer salée » : « haw haw haw !» , Corto maltese, 1975 !)
La scène où le Triangle, reprenant le contrôle mental des héros s'apprête à les décapiter tranquillement de son sabre figure parmi les les plus mémorables moment de cette aventure.

Mais l'autre sorcier ne lâche pas l'affaire et la scène de poursuite qui s'ensuit entre eux deux, de l'intérieur de la base jusqu'au bord d'une cheminée volcanique ressemble à un balais de film de sabre chinois.
Le lancé de Shoken du Triangle (arme de jet métallique des samouraÏs en forme d'étoile) se retourne malheureusement contre lui et l'envoie en enfer, dans le magma dont il puisait son plus grand pouvoir. On ne saura finalement rien de l'identité du personnage...
(...) Que faire de cette base et de cette énergie ?
Aux vulcanologues songeurs, le sorcier rappelle alors, tel un message écologique l'avertissement du chef du village de Kundalunping : « N'irritez plus les esprits du feu et de la terre »

L'histoire se termine en tous cas sans le mot de la fin. Mais les hélicoptères chassent un oiseau qui s'envole...
... "Koernig : perdu entre feu, terre et ciel"

Publication d'Alerte au nimbus :
Juin 1976 :
n°24 Colère sur le Kundalumping 8 pl. n/b

Janvier 1977:
n°4 Nuage sur le Kundalumping 8 pl. n/b
n°9 Alerte au Nimbus 8 pl. n/b (l'arrivée des créatures)
n°16 Chicaya à Djakarta 8 pl. n/b
n°24 La nuit du triangle 8 pl. n/b
Octobre 1978 :
n°40 Alerte au Nimbus 5 pl. Coul. + 2 pl. Coul. de résumé
n°43 suite 5 pl. Coul., plus couverture
n°45 suite 5 pl. Coul.
n°47 suite 5 pl. Coul.
n°49 suite 5 pl. Coul.
n°50 suite et fin 5 pl. Coul.
Total : 40 pl. n/b plus 30 pl. Coul.

En guise de critique :

Pierre Koernig a été quelque peu victime d'une publication chaotique, comme une bonne partie de ses autres cases parues dans Formule 1.
Après un début prometteur en effet, et malgré des apparitions dans une poignée de numéros de 1977 et une douzaine en 1978 (gags "Echos du monde entier et d'ailleurs", "Progression"...), aucune nouvelle n'est venue soulager l'attente des lecteurs de la série phare jusqu'en Octobre 1978, soit pratiquement durant deux ans.
Le numéro 40 voit le grand retour de la série et en couleur, puis le n° 43 propose la suite en huit planches couleur, avec une belle couverture (enfin !!, cela était mérité depuis le temps), avant que la suite ne paraisse dans les 45, 47, 49 et enfin le 50, qui conclue le cycle. Nous sommes fin 1978.
..."Alerte au nimbus" reste aujourd'hui comme une superbe aventure fantastique qui aurait du (et pourrait) faire l'objet de deux albums cartonnés, tant la qualité du scénario et du dessin sont au rendez-vous. Pour ma part je considère ce récit comme une histoire culte, qui a marqué mon enfance, et pour laquelle je connais peu d'équivalent.
Allier exotisme et science fiction à ce point, en intégrant des créatures métalliques surprenantes pour l'époque (on est en 1977 et la guerre des étoiles vient juste de sortir,) est un point fort de cette aventure française, ce dernier détail étant à souligner.
Le côté ésotérique et mystérieux de l'intrigue se pose aussi comme un élément essentiel. A ce sujet, le symbole de triangle et les disparitions au dessus de l'océan rapprochent bien sûr ce scénario des affaires du triangle des Bermudes dont on parlait beaucoup à l'époque.

Un sorcier, (deux ?), un tigre, la jungle, de la pluie en trombe... les militaires... tout cela rappellera aussi à certains Sankukai ou le tigre de Malaisie. Quant à l'aspect kung fu développé lors de scènes de bataille, il finit de donner à l'histoire en plus des éléments sus-cités son statut de Série B culte.
Le fait que ce récit ait été aussi dilué dans le temps (deux ans de publication entre le début de l'histoire, en noir et blanc) et la fin (en couleur) a participé aussi involontairement au suspens déjà présent intrinsèquement.
...Savoir comment Koernig avait prévu son plan semble difficile à appréhender, étant donné ces constats.
A t-il eu à l'époque des difficultés avec la rédaction ?, a t-il eu des soucis de santé ?... le peu d'informations dont nous disposons à l"heure actuelle laisse peu de marge pour le déterminer.
Tout comme on aimerait savoir de quelle manière ce synopsis est né, et pourquoi avoir choisi Djakarta ?
Il s'avère cependant que monsieur Koernig ait été néanmoins spécialisé dans la SF et l'étrange, comme on le constatera en se reportant à ses autres pages publiées dans Formule 1, entre autre, où le traitement ubuesques de chroniques ne dépareille pas, ainsi qu'à ses quelques illustrations pour des classiques du roman de science fiction chez Opta (2) ou pour la revue Casus belli pour finir de se faire une idée de l'état d'esprit de l'auteur à l'époque.
Intérieur de "La chute des tours" (Delany/Opta) 1971
Toujours est il qu'après ce récit, difficile à accoucher semble t-il, quelques rares autres publications sporadiques (dont deux belles histoires en couleur en 1980), et la reprise de la série l'Antiquaire en 1981, la bande dessinée n'a semble t-il plus eu affaire à lui depuis. (Mis à part l'essai "Ecluses du ciel" cité par Henri Filippini plus haut, et quelques collaborations scénaristiques (3).
Tout cela laisse donc un sentiment de frustration, ou en tous cas un manque, que la réédition de cette superbe histoire participerait à combler.
Reste de la bibliographie dans Formule 1 (non exhaustive)
(La plupart signé KRNG). Une page de gags loufoques n/b à chaque fois, sauf où indiqué.
Lorsque pas de titres : idem qu'au dessus.
1977 :
n°7 Echos du monde entier
n°21 Progression
n°23 Echos du monde entier et d'ailleurs
n°39
n°41
n°43
n°45
n°51

1978
n°1 Echos des îles des mers du sud (KRNG)
n°3 Echos du monde entier
n°5 Self service super relax
n°8 Il y a de l'eau dans le téléphone
n°9 Echos du monde entier
n°11
n°13 Authentique mais vrai
n°15 Echos du monde entier
n°17
n°46 Sans blague (non signé)
n°48 Sans blague (non signé)
n°49 Sans blague
n°50 A peine croyable
n°51 Vérités véridiques
1979
n°6 (Un gag dans le supplément)
n°41 Echos du monde entier
1980 n°9 Le ski à la portée de tous 3 cases n/b dans supplément
n°48 La dernière chanson de Cadieux (non signé*) 5 pl. Coul.
n°49 Le chasseur des bêtes aux ailes de feu (non signé*) 5 pl. Coul.
nb : Pour ces deux derniers titres, on s'appuiera sur le style du dessin, le graphisme du titre et les éléments de décor ou de thèmes ( forêt et indiens du XVIIIeme pour le premier, jungle équatoriale pour le second) pour y trouver matière à désigner Koerning comme leur auteur.
Extrait de "Le chasseur" (1980)
Première planche de "La dernière chanson de Cadieux" (1980)
Notes et références :
1 Précision : cette étude s'appuie sur le dépouillement déjà effectué de la revue sur l'incontournable site BDoubliées à la date du 06/11/09, et sur un prochain que je m'apprête à effectuer, toujours à partir de ma collection, contenant les n° 5 de J2 F1 (1973), ainsi que 17,33,39,53 de 1975, puis pratiquement les années complètes 1976, 1977, 1978, 1979, 1980, et 1981.
2 Voir : La chute des tours (Opta 1971)
(Delany) Illustrations intérieures originales de Pierre Koernig. Tirage limité à 6170 exemplaires numérotés.
Histoire du futur, tome 2. (Opta 1969) (Heinlein) Illustrations intérieures originales de Pierre Koernig. Tirage limité à 4150 exemplaires numérotés.
3 Koernig a aussi écrit des scénarios, dont certains pour André Chéret. Voir : le coin du patrimoine BD sur BDzoom.
Nota bene sur la difficulté du dépouillage des revues : En plus du fait que ma collection est incomplète, il est difficile d'être exhaustif, car il n'y a plus de sommaire précis dans Formule 1 à partir du n°15 de 1977, ce qui rend le travail plus qu'ardu, surtout si des n° sont incomplets, ce qui est parfois le cas, le verso des posters ayant souvent supporté des histoires.
Merci à Messieurs Frederic Bosser de DBD et Henri Filippini pour leur gentille contribution au paragraphe sus-cité.
© Droits réservés toutes images : Pierre Koerning/Formule 1/Editions Fleurus

4 commentaires:

Li-An a dit…

Un dessin intéressant. Je ne connaissais pas du tout.

Hectorvadair a dit…

On pourra ajouter à cette bibliographie sa participation à l'album : "2000 ans d'histoire des Landes", en 1981)

Raymond a dit…

Bel article, sur un dessinateur totalement inconnu.
Quand je pense au dessin de Juillard à la même époque, on peut penser que celui de Koernig était tout aussi prometteur.
Bon ! Filippini lui a tout de même donné sa chance.

Hectorvadair a dit…

Si 2010 assure ses promesses, on devrait voir une édition en album de "Alerte au nimbus" !
(...) A suivre...

Mes autres chroniques cinéma

Mes autres chroniques cinéma
encore plus de choix...