vendredi 4 août 2017

Secrets de famille : l'amour des comics de la famille Griffith

L'amour des comics de la famille Griffith

Paru en novembre 2016, « Secrets de famille » est l'oeuvre de Bill Griffith, auteur de comics pourtant culte aux États-Unis mais peu connu des lecteurs français. L'été étant propice aux lectures et redécouvertes, focus sur cet étonnant roman graphique, et son créateur.


Je n'ai jamais lu "Zippy the Pinhead", le personnage culte underground de Bill Griffith, créé à la fin des années soixante psychédéliques, pour la simple et bonne raison qu'il n'a jamais été traduit en français. Bill Griffith est tout simplement passé à côté du public français.  Pourtant de la même génération et culture underground que Robert Crumb (tous deux ont publié dans le fanzine « Weirdo » des années quatre-vingt*), mais trop typé sans doute, trop bizarre. J'aurais pu m'y intéresser quand même davantage et le lire en version originale,  mais...non, l''opportunité ne s'est pas présentée.
Bref, c'est pourquoi lorsque je suis tombé sur ce roman graphique à la médiathèque locale, j'ai été interpellé : quoi ? Bill Griffith fait aussi du dessin "réaliste" et a sorti un bouquin "autobiographique ?


Dans un style proche de ce qu'on peut trouver chez Harvey Pekar : dessin semi réaliste assez classique au trait, en noir et blanc, "Secrets de famille" attire par son côté indépendant et peu ordinaire. Il rappellera aussi un peu, dans le ton, le roman graphique d'un autre auteur américain peu traduit chez nous : Howard Cruse ("Un monde de différence", Vertige graphic 2001)
Bill Griffith, se représentant en jeune homme, alors qu'il est âgé aujourd'hui de 73 ans, raconte sa découverte en 1972 de la liaison extra conjugale de sa mère. Celle-ci livre dans un journal intime qu'elle lui laisse à sa mort, en 1998, les détails, à peine romancés, de ses seize années avec un dessinateur de comics professionnel : Lawrence Lariar. Cette relation avait débuté alors que son père, décédé d'un accident de vélo en 1972 était souvent loin, responsable d'une administration militaire en Corée.


L'auteur nous embarque avec lui dans une enquête qui lui fait remonter le temps, depuis son enfance jusqu'aux débuts de sa propre carrière artistique. C'est l'occasion de documenter les débuts de l'industrie du comic book, par le biais de la vie de Lariar. Celui-ci a en effet connu toutes les périodes d'un dessinateur de presse humoristique, tentant inexorablement de placer ses propres bandes hebdomadaires dans un journal.
Griffith reproduit un tas de strips et de dessins d'époque, nous montrant aussi des scènes de studio (d'ateliers) rendant son documentaire encore plus enrichissant. On le suit dans la découverte des nombreux articles sur Lariar qui parsèment le web, ou la collection de l'Université de Syracuse à laquelle il avait fait un don, mais aussi les courriers de son père, laissés chez son oncle Al, et qui n'avaient jamais été ouverts.
Une découverte  fascinante, sous forme de mise en abîme, puisque dévoilée à la fois par le carnet de sa mère et un des romans de Lariar.



 « Secrets de famille » se révèle être, en dehors de son aspect social un peu "voyeur" une lecture enivrante et documentée, sur le monde du comics et des arts au milieu du vingtième siècle aux États-Unis, remettant en selle un auteur qu'on aurait pu juger, à tort, en fin de carrière.
Coup de cœur rétroactif !

« Secrets de famille, une histoire écrite à l'encre sympathique  » par Bill Griffith
Editions Delcourt, collection Outsider
Paru en novembre 2016

Aucun commentaire:

Mes autres chroniques cinéma

Mes autres chroniques cinéma
encore plus de choix...