lundi 12 août 2019

Welcome back Conan ! By Jason Aaron.

Le 07 août est un jour très spécial pour moi. Il se trouve que ce jour-là parait aussi en librairie chez Panini comics cet album broché, magnifiquement illustré en couverture par Esad Ribic, correspondant au grand retour du guerrier et roi cimmerien, dans le giron de Marvel. 
Ayant eu l'occasion de lire les 6 premiers numéros en VO, correspondant, peu ou prou, à ce premier volume français, voilà ce que j'en retiens.
Conan a connu ses heures de gloire sous forme comics chez l'éditeur "merveilleux" dans les années soixante-dix et quatre-vingt, avec les passages exceptionnels et remarqués des grands noms : Roy Thomas, Gil Kane, John Buscema, Barry Windsor Smith, Alfredo Alcala, ...pour n'en citer que quelques uns. Une base référentielle pour tout amateur.
Les années quatre-vingt-dix n'ont pas été les plus mémorables, mais la décennie suivante aura été marquée par la couleur et quelques run authentiques, sous les auspices d'auteurs tels Kurt busiek et Cary nord, Brian Wood, Becky Cloonan, voire Bruce Jones et Richard Corben, entre autre. Mais cela s'est déroulé sous la bannière du cheval fougueux, alors que Dark Horse avait récupéré les droits du personnage en 2000. Ce retour "au bercail" si l'on peut dire, était donc attendu avec un mélange d'inquiétude et d'excitation par les nombreux fans, d'autant plus qu'il a été associé à une série d'albums inédits en France, quasiment au même moment, aux éditions Glénat, donnant l'opportunité (bienvenue ?) pour une poignée d'auteurs hexagonaux de confronter leurs univers respectifs à celui du héros howardien. Nous laisserons de côté cette expérience éditoriale afin de nous  concentrer sur  les aventures américaines.

Les premières images des illustrations couleur d'Esad Ribic, ou Alex Ross, pour les versions "originales" américaines de couvertures ont vite retiré toute appréhension, et c'était aussi sans compter sur le talent de scenariste de Jason Aaron, déjà fortement apprécié pour son excellent run surThor, toujours en cours de publication en France.
Ceci étant dit, le dessin de Mahmud Asrar, (All New X-Men), choisit pour la nouvelle série principale, est largement à la hauteur des nombreuses couvertures  proposées sur le titre, dont celles d'Esad Ribic, particulierement goûteuses, (et que l'on retrouve normalement logiquement dans cette édition française, puisqu'il s'agissait des "courantes"). Fluidité du trait de Mahmud Asrar, détails, proportions respectées, encrage souple au top, sont magnifiés par la colorisation très agréable de Matthew Wilson. Un mets de choix au plaisir visuel raffiné, qui est seulement bousculé le temps de l'épisode 4, dessiné par Gerardo Zaffino. Cet autre auteur, au style plus reche, procure néanmoins un bon moment de lecture, même s'il s'avère le moins original de l'ensemble. Conan, dont on suit en effet les aventures entremêlées, de sa jeunesse et de sa fin de vie, étant alors devenu roi, et se conduisant comme un simple tueur masqué, façon "Assasin's Creed" (le jeu), accompagné d'un lion.


Les autres épisodes (#1, 2, 3, 5, 6) sont nettement plus intéressant, et nous projettent dans trois dimensions temporelles différentes : la première : le présent, où Conan vient d'être capturé par les enfants de la Crimson Witch, grâce à une traîtrise. Ceux-ci vont se servir de son sang afin de ressusciter leur dieu : Razazel.  Chaque épisode nous conte une des aventures du guerrier cimmerien, dans une région qu'il a traversées, et tel que consigné dans les chroniques de Nemedie, tandis que la fin nous ramène inexorablement à sa situation présente semble t-il désespérée, avec le fameux "to be continued...".
Que ce soit en luttant dans les sombres forêts longeant la black River, aux côtés des Picts afin de se débarrasser de serpents géants monstrueux, au moment de sa pendaison sur la colline de l'arbre rouge, en Nemedie, sur le bateau fantôme des mers du sud-est, où l'a mené une étrange idole de bois, ou bien encore à Turan, combattant aux cite des troupes du roi Yezdigerd, les deux artistes nous entrainent avec eux dans de superbes aventures, parmi les meilleures que l'on a eu l'occasion de lire sur la licence. Ces "vies et morts de Conan", telles que racontées par Jason Aaron et Mahmud Asrar font honneur à leur créateur Robert E Howard, et à leur éditeur en comics historique. Chaque comics original est accompagné d'un chapitre de la nouvelle "Black Starlight", inédite, par John C. Hocking.
By Crom, au prix de lancement de 10 euros seulement, on aurait bien tort de s'en passer. "Welcome back Conan !"

FG


Conan the Barbarian ep 1-6
Marvel 2018-2019 (série en cours)

" Conan le barbare : vie et mort de Conan"
Éditions Panini comics (10€) -
ISBN : 9782809476804

Aucun commentaire:

Mes autres chroniques cinéma

Mes autres chroniques cinéma
encore plus de choix...