lundi 20 août 2007

Locas vs Modern sex

Je reviens sur la publication en intégrale de Locas, au seuil, un des grand chapitre de la série des frères Hernandez : "Love and Rockets", dessiné et écrit par Jaime Hernandez.

On se reportera utilement aux précédents articles parus juste pour se remettre dans le contexte, tandis que je m'appliquerai dans cette note à établir un comparatif entre le premier tome de la réédition en intégrale de
340 pages du Seuil et l'édition cartonnée "Modern sex" de 1990 parue chez l'Echo des savanes/ Albin Michel, moins importante il est vrai (74 pages) mais contenant du matériel de cette intégrale.

Aussi, la question est : pour ceux qui ont déjà
Modern sex, cela vaut-il le coup d'acheter le premier recueil Locas du Seuil, et pourquoi ?
Réponse : oui, sans regret. En fait,
Modern sex n'est axé que sur l'épisode de la mort de Speedy Ortiz. L'album possède une belle couverture et un papier de meilleure qualité. D'aucun parlent aussi de la traduction, meilleure.

Ce qui m'intéresse, c'est plutôt les épisodes exacts que l'on y trouve afin de faire le point sur une série volumineuse.

Modern Sex : la page 5 (première bande) correspond à la page 218 de Locas (Seuil)
la page 25 correspond à la 192; la page 28 à la 195; la 41 à la 246; la 52 à la 257, et le déroulé de l'épisode court sans discontinuer jusqu'à la fin de
Modern sex (p. 79 contre 284 pour Locas).

On voit donc que là où Modern Sex commence, Locas n'en est qu'au milieu de ses "origines". Il manque en fait dans Modern sex :

Tout l'épisode du Chepan (l'île où se déroule la minie série quelque peu SF Mechanics) et les relations entre Maggie et Rand Race, le beau gosse; l'épisode sur Maniakk vs Ultimax (le super héros);
Maggie en costume et Ultimax

L'épisode du manoir de Costigan (l'homme à
corne), avec Penny et le week-end étrange des copines
dans ce manoir aux cent pièces;

la même dans une pièce cachée du manoir
(comme quoi elle n'a pas toujours été enveloppée la petite).


L'épisode traitant de Maria Isabel Ortiz, la punk décalée et soeur de Speedy, et les origines du groupe de Hopey (la llorona, ou Missiles of October, ça dépend, ils changent tout le temps); celui sur Rena Titanon, tante de Maggie et reine du catch (future minie série à elle toute seule); plus la fin du groupe de Hopey;
les relations entre Renata et Maggie lorsqu'elle est "embauchée" comme son agent; les relations (sexuelles) entre Maggie et Ray Dominguez, son copain d'enfance;

Et enfin... comment Maggie (toujours elle) a finie par atteindre le poids qu'on lui connait. ...Dommage... mais c'est
aussi ce qui rend la série si réaliste.

On ira par contre chercher les premières pages d'introduction de Locas (Seuil), (celles introduisant Hopey de manière instantanée) dans "Mechanics" (pulié chez Comics USA en 1987), au beau milieu d'épisodes particuliers se déroulant au Chepan (alors qu'à l'époque on ne savait pas de quoi il s'agissait), et d'épisodes de Penny Century (les relations entre Cortigan, Penny et Rand Race).

L'album US qui correspondrait finalement à Modern sex

Vous avez suivi ? non ? bon...
Tout cela pour dire que dorénavant, vous n'avez plus aucune raison de louper cette intégrale, qui a au moins le mérite de reprendre les choses de façon chronologique ; à moins de vous payer les éditions américaines, nombreuses, ... d'autant plus que Fantagraphics à découpé les minies séries en albums. (Penny century, Locas, La mort de Speedy, Palomar, etc...)
... Si vous lisez l'anglais couramment, et au taux de change actuel...ça peut être intéressant.

Merci, bonsoir.

© pour tous les dessins : Jaime Hernandez

Voir les albums Love and Rockets chez Fantagraphics books

Aucun commentaire:

Mes autres chroniques cinéma

Mes autres chroniques cinéma
encore plus de choix...