mercredi 26 mai 2010

Deadman : un comics cherche encore son public.

Deadman
par Neal Adams 1967- 1970 (DC)

Un hommage tardif à ce comics méconnu en France mais pourtant culte, publié une seule fois en 1978 (un tome 1 unique) et plus depuis.
Injustice !
Le Deadman, c'est au départ un jeune motard (Boston Brand), qui oeuvre dans un cirque, et à qui arrive un jour un terrible accident lors d'une représentation. Seulement, cet accident s'avère être un crime..
Suite à son départ pour l'au-delà, une divinité indienne (Rama Kushna) permet à notre héros de rester dans le monde des vivants pour trouver son assassin... mais sous la forme d'un fantôme (Deadman) ce qui n'est pas très heureux. Néanmoins il aura la faculté de pouvoir "infiltrer" tout corps qu'il souhaite., et cela lui permettra de mener son enquête, de ressentir à nouveau, voire de sauver des vies,.. au moins un moment.

Illustration originale tirée de la galerie d'Anthony Hightower
(http://www.anthonyhightower.org/gallery.html)

...Cette série aux moult rebondissements contant la quête interminable de notre "homme mort" vers la vérité a été créée en 1967 par Arnold Drake pour le comics "anthology" DC Strange adventures # 205 et Carmine Infantino au dessin, puis rapidement repris par Jack Miller (#207) et Neal Adams au dessin dés le second numéro.Neal Adams comptabilisant 17 numéros et imposant ses propres scénarios sur six comics (Strange adventures 212, 213, 215, Aquaman #50, 51, 52.)
C'est un must du comics mêlant à la fois romantisme, fantastique et polar, malheureusement indisponible actuellement en France*. En effet l'ancienne édition du Fromage comportant des pages qui "partent en vrille" (mauvaise colle) est rare et donc cotée.
Içi, Neal Adams est au fait de son dessin, et les scénarii sont bons. Ils ont été créés à une époque où Neal Adams travaillait pour d'autres licences (DC) où la mort avait aussi un rôle prédominant. (Green lantern, Batman, Superman...) L'article ci-joint en bas de note de Marc Duveau (in Vampirella #2 NS, Juin 1978) l'explique.

> Une édition couleur américaine a été proposée en Décembre 2001. (cf. ci à gauche et en haut à droite) Elle est présentée dans un slipcase (cartonnage) et comporte l'intégrale des épisodes originaux, avec couvertures et interview/rappel scénaristique. ("The Deadman Collection") : à découvrir absolument.

Le doué Kelley Jones a dessiné deux très bons épisodes dans la collection comics USA en 1989 (cf petite chronique sur Onabok). On y reviendra très prochainement sur 1caseenmoins afin de détailler une série de cases mémorables.
De plus, une nouvelle série reprenant le concept a débuté en 2007 aux USA chez DC ("Deadman walking") avec Bruce Jones au scénario et John Watkiss au dessin. Le nom du héros a été changé (Brandon Cayce ! ouf ouf ) et il est mort dans un accident d'avion (...) Un retour en grâce de la licence ? Une adaptation cinéma est en tous cas en gestation, produite par Guillermo del Toro, depuis 2006.

(*) Néanmoins les quelques épisodes faisant se rencontrer Deadman et Batman sont disponibles en français dans "Batman anthologie 1967-1969 : Volume 1, Neal Adams" (Semic 2005)


Nb : cette chronique ne fait pas partie du Challenge BD lancé par Mr Zombie !

3 commentaires:

Raymond a dit…

Je possède cet album de Deadman qui, il faut bien le dire, ne m'a jamais vraiment impressionné. Le dessin en noir et blanc de Neal Adams est superbe mais j'ai eu de la peine à "crocher" à l'histoire. J'avais l'impression de prendre une série en cours de route et il me manquait quelques clés pour mieux la comprendre. Une intégrale qui ne se limite pas aux planches de Neal Adams serait peut être bienvenue.

Hectorvadair a dit…

N'ayant jamais eu l'occasion de lire l'original français, je ne saurais dire si le "Deadman collection" américain auquel je fais allusion (et qui offre entre autre de la couleur en prime) permet de mieux s'immerger dans le récit.
Le seul album de Fromage est sans doute "tronqué", ne serait-ce que si on considère qu'il est noté "tome 1". Un autre volume devait paraître j'imagine... pour compléter ? Ce qui est sûr c'est que cette note essaie de remettre en perspective le personnage et ses aventures, dans la mesure où le sequel de Kelley Jones (1989) apporte de belles choses en sus. Quant à Neal Adams lui même, il n'est nul besoin de lui rendre un hommage trop appuyé, car il fait partie des plus grands, et des épisodes comme celui de Green Lantern/Green arrow où le jeune premier est pris en flagrant délit de shoot par son ainé restera dans les annales sombres du "social comics".
Ce qui me plait dans Deadman, c'est le côté à la fois désespéré du personnage et son âme très humaine, bien qu'il soit mort. Le film "Ghost" des années 80 a à sa manière un peu abordé le thème.

Hectorvadair a dit…

Au fait, bravo pour le jeu de mot "à crocher"(t)" (hook = le tueur de notre héros), il fallait le placer !

Sinon, en prenant l'édition intégrale US, et avec le peu d'éléments dont je dispose sur l'édition française ("comporte les 8 premiers épisodes" d'après Bedetheque,ainsi qu'un jpeg : la première planche ?), j'en déduirais (sous réserve) que l'édition Fromage a fait l'impasse sur les deux premiers épisodes (# 205 et 206), dont 1 dessiné par Carmine Infantino (souci de droits ?), où les origines du héros nous sont contées.
Le 207 reprend par contre avec une sorte de résumé, ce qui pourrait expliquer que Fromage s'est contenté de commencer ici. cf. les premières planches du # 205 et 206 US dont je joins les scans sur le lien ci-dessous, ainsi que la première planche du # 207.
Tu me diras si cela correspond à quelque chose de l'édition française.
Les trois premières planches des trois premiers épisodes :

http://picasaweb.google.com/lh/photo/R4TVhh6NMBRJ55hfrhTAvNaacM5eTQ2Bxm0CHOnahLk?feat=directlink

http://picasaweb.google.com/lh/photo/LvVENKa2XZ-u4abQ8aQ2LdaacM5eTQ2Bxm0CHOnahLk?feat=directlink

http://picasaweb.google.com/lh/photo/RXZnEf3L9b8tW3Y8dRUGWtaacM5eTQ2Bxm0CHOnahLk?feat=directlink

Mes autres chroniques cinéma

Mes autres chroniques cinéma
encore plus de choix...